fbpx

Véritable phénomène, Instagram connait un essor fulgurant avec plus d’un milliard de comptes actifs mensuellement en moins de 10 ans. Si certains utilisateurs postent uniquement pour le plaisir de partager, pour la plupart, le but d’Instagram est d’avoir le plus grand nombre de like et d’abonnés possible. En effet, plus un compte a d’abonnés, plus l’audience est susceptible d’être attirée et de liker les photos.

Il est donc intéressant de se demander comment réagissent les photographes professionnels sur ce réseau où chacun s’auto-proclame photographe. PhotoTrend, site web dédié à la photographie, a interviewé plusieurs photographes professionnels présents sur Instagram afin de mieux comprendre comment ils tirent leur épingle du jeu.

D’après le photographe Aliocha Boi, Instagram impose un style particulier à ses utilisateurs, et les clichés ne rentrant pas dans la normes ont de grandes chances d’obtenir moins de likes et donc d’être moins vus. Ainsi, les photos de paysages seront plus appréciées que des portraits, ou que des photos pouvant être difficiles à regarder, des photos montrant la pauvreté par exemple.

Ce n’est pas l’avis de tout le monde, puisque le photographe Johan Lolos explique que bien que l’on perde des abonnés en changeant de style, on en regagne d’autres qui préfèrent au contraire le travail récent de l’artiste. Le véritable problème se situerait dans la fréquence de publication. L’idéal serait de publier très régulièrement, plusieurs fois par semaine. Or, de nombreux photographes se refusent à « poster pour plaire et non parce que le travail est bon ».

De même, un feed ordonné et coloré aura plus de chance de plaire qu’un feed désorganisé avec des couleurs mal accordées, des photos se suivant mais n’ayant rien à voir les unes avec les autres… Cela peut également s’avérer être un problème pour les photographes.

Enfin, il y a la contrainte du format. La plupart des utilisateurs Instagram consultent ce réseau social depuis leur mobile, ce qui réduit encore le format de la photographie, pour les story le format vertical est preconisé, mais ce format est rarement utilisé dans la photographie classique. Le format historique carré d’Instagram ne permettait pas de garder le format original de la photo, actuellement les formats plus horizontale sont possible mais apporte moins de j’aime que le fameux format carré.

Ainsi, les photographes professionnels sont divisés en ce qui concerne Instagram ; le réseau social doit-il juste être une plateforme d’exposition, ou les likes ont-ils leur importance et faut-il tout faire pour en avoir, au risque de s’éloigner de son travail d’origine ?

Qu’en pensez-vous ?